Le grignotage est-il bon ou mauvais pour vous?
Articles

Le grignotage est-il bon ou mauvais pour vous?

Le grignotage est-il bon ou mauvais pour vous ?

Qu’est-ce qu’une collation selon vous ? Des chips et des biscuits double crème ? … Ou une pomme, des fruits, …

Qu’est-ce-que le grignotage et pourquoi les gens grignotent ils ?

La définition du grignotage est :

Le grignotage est lorsque vous consommez de la nourriture ou des boissons entre vos repas principaux habituels.

Le terme «grignotines» est souvent utilisé pour désigner des produits transformés riches en calories comme les chips et les biscuits.

Cependant, grignoter signifie simplement manger ou boire quelque chose entre les repas, que la nourriture soit saine ou non.

La faim est la principale motivation derrière les collations, mais des facteurs tels que :

  • l’emplacement,
  • l’environnement social,
  • l’heure de la journée
  • et la disponibilité de la nourriture

y contribuent également.

En fait, les gens grignotent souvent quand il y a de la nourriture appétissante, même quand ils n’ont pas faim.

Dans une étude, lorsqu’on a demandé aux personnes obèses ou en surpoids pourquoi elles choisissaient des collations malsaines, la réponse la plus courante était la tentation, suivie de la faim et de faibles niveaux d’énergie.

De plus, tant le désir de grignoter que les effets du grignotage sur la santé semblent très individualisés. Les facteurs qui influencent le grignotage comprennent l’âge et les croyances quant à savoir si cette pratique est saine.

Le grignotage stimule-t-il votre métabolisme?

Bien qu’il ait été suggéré que manger toutes les quelques heures augmente votre métabolisme, les preuves scientifiques ne le soutiennent pas.

La recherche indique que la fréquence des repas n’a pas d’effet significatif sur le nombre de calories que vous brûlez.

Une étude menée auprès de personnes consommant un nombre égal de calories dans deux ou sept repas par jour n’a révélé aucune différence dans les calories brûlées.

Dans une autre étude, les personnes obèses qui ont suivi un régime très hypocalorique pendant 3 semaines ont montré des baisses similaires du taux métabolique, qu’elles aient mangé 800 calories en 1 ou 5 repas par jour.

Comment le grignotage affecte l’appétit et le poids

Les études sur les effets du grignotage sur l’appétit et le poids ont donné des résultats mitigés.

Effets sur l’appétit

La façon dont le grignotage affecte l’appétit et la prise alimentaire n’est pas universellement reconnue.

Une revue a rapporté que si les collations satisfont brièvement la faim et favorisent la sensation de satiété, leurs calories ne sont pas compensées au prochain repas. Cela se traduit par une augmentation de l’apport calorique pour la journée.

Par exemple, dans une étude, les hommes avec un excès de poids qui ont mangé une collation de 200 calories 2 heures après le petit déjeuner ont fini par manger seulement 100 calories de moins au déjeuner. Cela signifie que leur apport calorique total a augmenté d’environ 100 calories.

Dans une autre étude contrôlée, les hommes maigres ont mangé trois collations riches en protéines, en graisses ou en glucides pendant six jours. Leurs niveaux de faim et leur apport calorique total n’ont pas changé par rapport aux jours où ils n’ont pas mangé de collations, ce qui indique que les collations avaient un effet neutre.

Cependant, des études ont également montré que le grignotage peut aider à réduire la faim.

Dans une étude, les hommes mangeant une barre collation riche en protéines et en fibres avaient des niveaux inférieurs de l’hormone de la faim ghréline et des niveaux plus élevés de l’hormone de plénitude GLP-1. Ils ont également consommé en moyenne 425 calories de moins par jour.

Une autre étude menée auprès de 44 femmes obèses ou en surpoids a noté qu’une collation au coucher riche en protéines ou en glucides entraînait une diminution de la faim et une plus grande sensation de satiété le lendemain matin.

Sur la base de ces résultats variés, il apparaît que l’effet du grignotage sur l’appétit dépend de l’individu et du type de collation consommée.

Effets sur le poids

La plupart des recherches indiquent que grignoter entre les repas n’affecte pas le poids.

Pourtant, quelques études suggèrent que manger des collations riches en protéines et riches en fibres peut vous aider à perdre du poids.

Par exemple, une étude menée auprès de 17 personnes atteintes de diabète a rapporté que grignoter des collations riches en protéines et en glucides à digestion lente entraînait une perte de poids moyenne de 2,2 livres (1 kg) en 4 semaines.

D’autre part, certaines études chez des personnes obèses ou de poids normal ont montré que le grignotage peut entraîner une perte de poids plus lente ou même une prise de poids.

Dans une étude, 36 hommes maigres ont augmenté leur apport calorique de 40% en consommant un excès de calories comme collations entre les repas. Ils ont connu une augmentation significative de la graisse du foie et du ventre.

Certaines recherches suggèrent que le moment des collations peut affecter les changements de poids.

Une étude menée auprès de 11 femmes maigres a révélé que la consommation d’une collation de 190 calories à 23h00 réduisait considérablement la quantité de graisse brûlée par rapport à la même collation à 10h00.

Les résultats mitigés suggèrent que les réponses pondérales aux collations varient probablement selon l’individu et l’heure de la journée.

Effets sur la glycémie

Bien que de nombreuses personnes croient qu’il est nécessaire de manger fréquemment pour maintenir une glycémie stable tout au long de la journée, ce n’est pas toujours le cas.

En fait, une étude chez des personnes atteintes de diabète de type 2 a révélé que manger seulement deux gros repas par jour entraînait une baisse de la glycémie à jeun, une meilleure sensibilité à l’insuline et une plus grande perte de poids que de manger six fois par jour.

D’autres études n’ont rapporté aucune différence dans les taux de sucre dans le sang lorsque la même quantité de nourriture était consommée que les repas ou les repas plus les collations.

Bien sûr, le type de collation et la quantité consommée sont les principaux facteurs qui affectent la glycémie.

Les collations à faible teneur en glucides et en fibres ont toujours démontré un effet plus favorable sur la glycémie et les taux d’insuline que les collations riches en glucides chez les personnes atteintes et non de diabète.

De plus, les collations à haute teneur en protéines peuvent améliorer le contrôle de la glycémie.

Dans une étude portant sur 20 hommes en bonne santé, la consommation d’une collation lactée riche en protéines et faible en glucides a entraîné une baisse du taux de sucre dans le sang avant le prochain repas, par rapport aux collations lactées riches en glucides ou au jus d’orange.

Peut prévenir la faim vorace

Le grignotage n’est peut-être pas bon pour tout le monde, mais cela peut certainement aider certaines personnes à éviter d’avoir faim.

Lorsque vous passez trop de temps sans manger, vous pouvez avoir tellement faim que vous finissez par manger beaucoup plus de calories que vous n’en avez besoin.

Les collations peuvent aider à maintenir votre niveau de faim sur une quille égale, en particulier les jours où vos repas sont plus espacés.

Cependant, il est important de faire des choix de collations saines.

Bref, manger une collation est mieux que de se laisser affamer. Car cela peut conduire à de mauvais choix alimentaires et à un apport calorique excessif.

Avez-vous aimé cet article ?

PARTAGEZ-LE AVEC VOS AMI(E)S !!